Retour à Mezzara

Retour à Mezzara

Où le Cercle Guimard présentait un ensemble d’archives inédites provenant du musée des Arts décoratifs, à Paris.

La maquette de l'hôtel Mezzara (propriété du Cercle Guimard) était exposée dans le hall pendant toute la durée de l'évènement.

Il y a quelques mois, Guillemette Delaporte, conservatrice au musée des Arts décoratifs, à Paris, contactait le Cercle Guimard pour lui signaler une importante (re)découverte : le musée venait de mettre la main sur l’un des cartons contenant des pièces transmises par Adeline Oppenheim, en 1948. La veuve de l’architecte s’était alors rendue dans la capitale française pour clore la succession de son mari, décédé à New York en 1942. Dûment répertoriés et catalogués, ces documents étaient conservés dans un grand carton (environ 50 x 75 cm) dont l’établissement avait perdu la trace. Le hasard faisant parfois de belles choses, voilà que cette pépite renoue avec l’Histoire et porte à nouveau sous le regard de ses admirateurs un pan de l’œuvre de l’artiste-architecte. Guimard Mezzara 2 A cet égard, le contenu du carton est exceptionnel. Ce sont plusieurs centaines de photos, dessins, gouaches qui revoient le jour et dont bon nombre sont peu connus – voire totalement inconnus, et sont à ce jour inédits. Pêle-mêle, sont rassemblés des clichés pris lors des expositions – notamment celle de l’Habitation, au Grand Palais, en 1903, des photos du castel Henriette, sur l’une desquelles l’on peut reconnaître Hector Guimard soi-même assis au côté de Mme Hefty, la propriétaire, des reproductions des façades de l’hôtel Nozal, avec de précieux détails sur les balcons, des compositions à la gouache pour des tapis, des frises ou encore des projets de papiers peints, et d’innombrables photos – le plus souvent détourées et contrecollées sur du papier – de meubles, de cadres, de pièces de mobilier, de cheminées, de miroirs et des accessoires de décoration, tels des pommeaux de cannes, des poignées de porte – avec, cerise sur le gâteau ! les plâtres initiaux…, ou des vases et même des couverts. A cela s’ajoutent d’inédites images de la mairie du Village français érigée lors de l’Exposition de 1925 et de nombreuses reproductions de modèles de pierres tombales ou de monuments funéraires, formant une sorte de catalogue dont nul ne sait s’il a un jour vu le jour. La plupart de ces documents, hormis des précisions de dimension, ne portent aucune indication. Ni de date, ni de lieu. A fortiori, aucune mention de commande, de destination ou de l’endroit pour lesquels ils furent fabriqués. En collaboration avec le musée des Arts décoratifs, Le Cercle Guimard entend apporter son expertise pour authentifier et participer à l’« identification » de certains de ces documents inconnus et retrouvés. Guimard Mezzara 4 Guimard Mezzara 5 Photographiés par Laurent Sully-Jaulmes, jadis attaché au musée des Arts décoratifs et membre du Cercle Guimard, les documents ont été réunis dans un diaporama. Guimard Mezzara 3

La maquette de l'hôtel Mezzara (propriété du Cercle Guimard) était exposée dans le hall pendant toute la durée de l'évènement.

La maquette de l’hôtel Mezzara (propriété du Cercle Guimard) était exposée dans le hall pendant toute la durée de l’évènement.

Il a été projeté pour les membres et les sympathisants de l’association, à l’Hôtel Mezzara, le 21 février dernier. Ce fut alors l’occasion pour le Cercle de retrouver le chemin de l’hôtel de la rue Jean de la Fontaine, où avaient été présentées, en 2006 et 2007, deux importantes et très remarquées expositions estivales. A ce titre, le Cercle entend remercier chaleureusement Mme Franceline Parizot, proviseure de lycée d’Etat Jean Zay, Mme Ducazaux, son intendante, sans oublier la gardienne de cette annexe du lycée, qui, par son accueil et son aide, a participé au succès de cette manifestation.