Les portraits du Cooper-Hewitt

Le Cooper-Hewitt Museum de New York, bien connu des admirateurs de Guimard pour avoir bénéficié après la guerre des dons généreux d’Adeline Oppenheim-Guimard en objets d’arts et documents ayant appartenu à son mari et à elle-même, est actuellement fermé pour travaux. Mais le musée semble donner le change par une accessibilité toujours plus importante de ses collections, progressivement mises en ligne, dont son « fonds Guimard » bénéficie notamment.

Depuis plusieurs mois déjà on pouvait y voir des objets provenant de l’hôtel Guimard — dont le fameux cadre en bronze doré enfermant la photo d’Hector — mais aussi des plans relatifs à ses constructions érigées après 1900 et surtout un bel ensemble de photos et de dessins concernant les recherches que Guimard effectue vers 1920 dans le domaine de la préfabrication.

Or récemment des membres du Cercle y ont trouvé de nouveaux documents inattendus : des portraits de Guimard âgé, un portrait de sa marraine Mme Grivellé daté de 1915 et une photo en pied qui pourrait bien être celle d’Adeline, sans parler d’un bel échantillonnage de ses propres esquisses, représentant des gens nommés ou non…

Adeline Oppenheim-Guimard, Portrait de madame Grivellé, 1915. Graphite, crayon sur papier cartonné. Haut. 47 cm, larg. 35 cm. Signé AOGuimard. Cooper-Hewitt Museum. Don de madame Guimard. Inv. 18411119.

Adeline Oppenheim-Guimard, Portrait de madame Grivellé, 1915. Graphite, crayon sur papier cartonné. Haut. 47 cm, larg. 35 cm. Signé AOGuimard. Cooper-Hewitt Museum. Don de madame Guimard. Inv. 18411119.

Portrait de femme en pied, s.d. Photographie. Haut. 20,6 cm, larg. 13,2 cm. Cooper-Hewitt Museum. Don de madame Guimard. Inv. 18411111.

Portrait de femme en pied, s.d. Photographie. Haut. 20,6 cm, larg. 13,2 cm. Cooper-Hewitt Museum. Don de madame Guimard. Inv. 18411111.

Jusqu’ici — et mis à part la photo de son service militaire où il apparaît imberbe et seulement pourvu de moustaches — on ne connaissait Guimard essentiellement que sous un seul aspect, celui qu’il adopte durant la période relative à l’éclosion et à la maturation de l’Art nouveau : barbe courte mais entière, et surtout foisonnante chevelure d’artiste.

Portrait d’Hector Guimard durant son service militaire, s.d. Photographie. Coll. Alain Blondel.

Portrait d’Hector Guimard. Photographie. Haut. 18 cm, larg. 12,2 cm. Cooper-Hewitt Museum. Don de madame Guimard. Inv. 18410789.

Il est donc étonnant de le voir sur une photo (1) (s.d.) avec des cheveux courts qui lui donneraient presque de faux airs de Victor Horta, ou encore dégarni sur deux dessins d’Adeline, respectivement des environs de 1938 et des environs de 1940, où il n’a jamais autant ressemblé aux derniers portraits que l’on connaît de Viollet-le-Duc…

Portrait d’Hector Guimard (?), s.d. Photographie. Haut. 17,6 cm, larg. 12 cm. Cooper-Hewitt Museum. Don de madame Guimard. Inv. 18411097.

Adeline Oppenheim-Guimard, Portrait d’Hector Guimard, ca 1938. Photographie de peinture. Haut. 47 cm, larg. 35 cm. Signé AOGuimard. Cooper-Hewitt Museum. Don de madame Guimard. Inv. 18441089.

Adeline Oppenheim-Guimard, Portrait d’Hector Guimard, 1940. Craie sur papier gris. Haut. 28,6 cm, larg. 19,7 cm. Signé AOGuimard. Cooper-Hewitt Museum. Don de madame Guimard. Inv. 18431991.

 

Olivier Bost

(1) L’identité de la personne représentée fait cependant débat au sein de notre association : la coiffure mise à part, le visage peut sembler moins arrondi qu’à l’habitude, et le musée ne mentionne aucune indication sur le document lui-même accréditant le parti pris de son intitulé.